Les mots du jour

Les mots du jour - L'auto saboteur

Voir l'article

L'auto saboteur

Un jour, le ras le bol devient tellement fort qu'il nous  contraints de privilégier l'essence de toutes choses plutôt que la croyance  en toutes ces limitations que nous nous imposons.

La vigilance est là pour court-circuiter la folie qui nous emprisonne avec comme geôlier : le voleur de bien être, l'auto saboteur.

Autant le remettre d'emblée à sa place , ce n'est pas notre auto saboteur mais...l'auto saboteur, c'est à dire des résidus d'instincts de survie qui étaient adéquat dans la petite enfance .... mais plus maintenant.

Mieux vaut s'armer de patience , cet auto saboteur colle nos repères depuis si longtemps qu'il maintient son emprise alors même que nous nous croyons au top, tellement investis dans un nouveau projet. Il est là, traquant nos moindres ouvertures, ou démontant nos si précieux efforts.

La particularité de ce coquin tyrannique est qu'il empreinte la voix de la raison et nous confond avec ce qui semble la structure de notre existence malheureuse : la loi.

Seulement la voix de la loi correspond à la morale véhiculée depuis la nuit des temps à travers toutes les croyances et doctrines extérieures, et s'inscrit dans « l'horizontalité », le plan de la dépendance au monde et des obligations qu'on a du mettre en place pour s'adapter.

La voix de l'éthique quand à elle, ne peut être qu'interne, singulière, libre de notion de bien ou de mal. Elle acquiesce à l'intelligence du vivant, du vibrant en nous...et cela parfois contre notre volonté personnelle. Cette voix empreinte le canal vertical, et ne provient pas du tout du même endroit que les voix « channel » ou celles cristallisées dans l'inconscient.

Par nécessité, enfant, au vu que le seul choix véritable que nous ayons eu, était celui de nourrir tel ou tel aspect, nous avons préférer donner crédit à l'auto saboteur, et avons pris l'habitude de masquer la voix de l'étique pour croire davantage à celle de la morale.

Lorsque nous restons sous  emprise de l'auto saboteur, nous avons du mal à le repérer, impressionnés que nous sommes par sa ténacité, aussi il est nécessaire de faire cette investigation accompagnée. Le cadre du rêve éveillé encadré par exemple, est un bon moyen pour oser affronter cette ombre, et démasquer nos fausses identités.

Reste que chaque jour est riche de l'opportunité que nous avons en nous ouvrant à l'invitation qu'il peut nous dévoiler .

      


Première phase pour ne plus être sous son emprise:

VOIR

Ou repérez en soi ce genre de « petites voix », ou de sensations telles que:

dénigrement, frustration, fatigue excessive, comportement alimentaire compulsif que se soit dans le contrôle ou l'excès, colère non a propos, surexcitation, sentiment de devoir être gentil et sympathique pour plaire

ou alors les fameux:

« t'es qu'une merde, un nul » et multiples insultes ...

vous connaissez?

ou plus tempéré, ces genres d'alibis:

C'est pas juste...le monde est trop cruel... l'homme est méchant

je vais vous sauver, par mon contact vous allez changer...je dois prouver...

je ne vaux rien... je dois être forte... je dois faire beaucoup d'effort

je dois être malade... je ferais ça plus tard....je dois me résigner

Je vous emmerde... je dois me méfier de ça...c'est de sa faute...

Un dernier pour la route, le fameux : J'ai pas le temps...

Et encore deux peut être un peu moins facile à repérer:

la colère ruminée contre quelqu'un...

Vous vous entendez expliquer le pourquoi des choses... et ça vous donne le sentiment d'avoir raison

Voir c'est repérer, ou être avec, ou encore écouter sans désir de répondre, comme si c'était un enfant qui exprimait sa croyance, là ou il en est.


deuxième phase :

RECONNAITRE

Ou le reconnaître pour ce qu'il est: un « cache- peur », un moyen de protection enfantin qui s'est accroché à la morale, qui lutte, ou qui refuse.

Reconnaître, c'est s' interroger - « Qui parle ?»

C'est regarder bien cette peur en face, tout en restant dans la sensation corporelle ( conscient d'une partie de son corps peut suffire)

Cette peur dans laquelle l'auto saboteur baigne a les pieds dans les quatre fondamentales :

- La peur de la douleur

- La peur de l'apeurant

- La peur de l'inconnu

    - La peur de la puissance de l'amour, ou peur de ce bon en nous , de la puissance de l'intensité du vivant.


Le reconnaître doit s'accompagner de ressentis pour s'apprivoiser, se dépasser et passer à la troisième phase qui est : digérer.

Quand la peur se goûte ( Un peu comme si vous faisiez l'amour avec elle tout en restant connecter avec vos propres sensations corporelles) et qu'elle est à son maximum de ressentis, il importe de savoir dire stop, et de prendre conscience que cette peur nous révèle un besoin d'amour gigantesque.

Et là, laissez venir les associations d'idées : Qu'est ce qui a besoin d'amour ?

Des symboles peuvent être pris dans les bras ( vous, tout petit.... par ex)

souffler sur la peur en conscience peut aider à s'en détacher

restez bien dans le ressentis

Et répétez vous que ce n'était pas votre faute est une étape importante dans le travail

Car qu'est ce qui a figé la peur en auto-saboteur?

La sensation d'avoir été fautif, le fameux : c'est de ma faute qui nous embrigade dans la morale...

reconnaître qu'on s'est trompé totalement, que ce n'était pas de notre faute, qu'on n'avait pas voulu le mal.... est indispensable à l'acceptation .

L'auto saboteur nous aide « malgré lui » à reconnaître cet état qui était « tout ouvert », auto nourri, avant que ce besoin d'amour soit contrarié.

Il n'est plus vu, à force, comme un obstacle mais comme l'invitation de déposer chaque jour davantage l'attention nécessaire à cette restauration de l'amour propre, à la possibilité d'intégrer le puissant en nous même, l'étique, la verticalité.


Troisième phase:

DIGERER

(accepter si vous préférez, mais parfois ce verbe est collé à la résignation, conjoint à l'auto saboteur, il se détache du ressenti corporel... seul garant du bien être)

Un mot qui conviendrait mieux c'est : APPROBATION

Le Oui à ce besoin d'amour va nous permettre de digérer le jugement négatif qu'on s'était infligé depuis si longtemps.

Mais pour que ce besoin d'amour s'ouvre , il convient de se connecter à lui comme si nous étions seul au milieu de l'univers, afin que ce besoin ne se languisse pas de projection dépendante de l'autre, ou d'une situation particulière.

Et au cœur de ce ressenti de besoin d'amour, on commence à comprendre pourquoi cette auto saboteur avait tant intérêt à mettre en place des stratégies pour éviter cela, pourquoi il a tout fait pour nous maintenir loin de ça.

Il a continué à protéger ce qui était nécessaire à l'époque de notre enfance

La vulnérabilité

Et peut être que maintenant au cœur de ce sentiment de : besoin d'amour, nous pouvons y déposer un sourire, une intention de détente, une attention de douce chaleur

Et si on osait la vulnérabilité, afin d'accueillir cet appel d'amour qui est disponible, sans condition .

Et si le Saint Graal était au cœur de cet espace, là ou « je ne sais pas », et d'où les mots du silence semblent jaillir

« On ne se libère que d'un égo satisfait » Prajnanpad

prendre le temps de gouter ce nectar nous habitue à nourrir une saveur tellement plus puissante que nos luttes ou nos refus

« le connu attire le connu » André Moreau

plus vous habituez vos sens à reconnaître ce subtil en vous, ce qui vous nourrit sans condition, plus cet espace vous reconnaitra et vous appellera .


Quatrième phase

SE LIBERER

Un changement véritable s'accompagne d'une nouvelle énergie disponible à déposer dans la matière en un acte concret, qui va renforcer cette étique en vous, juste pour vous. Pour vous habituer à ne plus chercher l'approbation extérieure, à ne plus attendre...

Soyez à l'écoute de ces possibilités qui étaient comprimées, et honorez les d'une façon concrète, comme un engagement que vous vous offrez , que vous offrez à ce vivant en vous et qui ne demande qu'à se manifester vers l'expansion.

Une bonne nouvelle : l'auto saboteur peut se présenter puissant, féroce, malin, retord, mais par nature il reste enfantin et puéril, il n'est rien face à la puissance de l'amour. Du point de vue de l'être, il a déjà perdu la partie.

Alors, quand on reste bloqué, il est intéressant de suivre le précieux conseil de Darpan,

demandez à l'intelligence de la vie d'être plus intelligent que ça.....vous verrez, ça marche!!!

Aussi, plus l'auto saboteur est puissant (autant faut il entreprendre le travail) plus la peur est puissante, mais derrière tout ça, plus la capacité à recevoir la puissance de l'amour l'est, ainsi que celle de donner.

    Sandra  Le 1er juin 2015      

     

             Darpan m'a inspirée et m'a aidée dans beaucoup de compréhension.

        Je me suis inspirée également de la transmition d'Isabelle Padovani

   qu'ils en soient remerciés, vous pouvez aller plus loin en écoutant leurs vidéos 

 

Ce site n'existe plus...