Les mots du jour

Les mots du jour - La bénédiction

Voir l'article

La bénédiction




La bénédiction


ou le «  Bien dire »



Il est bon d'avoir en soi sa propre caisse à outils magique.

Des outils qu'on a suffisamment expérimentés pour pouvoir dire : ça marche, et qu'on peut parfois observer à l'œuvre alors qu'on ne l'a pas demandé, comme si l'outil en question, suffisamment reconnu, avait développé une autonomie qui sait se mettre à l'œuvre dans le besoin.

Un de ces précieux en moi, c'est la bénédiction.

Ce mot signifie : « l'acte de bénir en parole », ou « consacré au divin », ou encore plus simplement «  mettre de la lumière là où il n'y en a pas ». c'est le « namasté » en Inde.

Je prends ce mot dans un sens autre que celui utilisé en religion.

La religion, c'est transcendant, c'est, positionné du point de vue de la personne, une solution, un réconfort qui se projette plus loin, plus haut.

Plutôt que la transcendance, je préfère l'immanence.

L'immanence, c'est être en soi, savoir que tout est en soi, le divin, la personne, l'inadéquation, la solution, le ciel comme la terre, le passé et le futur. Et tout ça simultanément.


Parfois, je l'oublie, alors la bénédiction se rappelle à moi et me ramène à la sensation que tout est une question de position intérieure.


La bénédiction, ça touche deux possibilités essentielles :

           - le verbe magique

               - le positionnement intérieur



Utiliser la bénédiction, c'est simple, et ce qui est simple bouscule souvent nos habitudes, alors oui, ça demande un effort au début.


Se bénir ou bénir quelqu'un ou quelque chose, implique que ce n'est pas la personne qui bénit, mais l'être, ou cette position noble en soi.

«  l'être est le grand harmonisateur, l'autorégulation immanente. Vous avez le grand harmonisateur en vous » 

nous dit André Moreau, le philosophe jovialiste.


On va se positionner dans sa propre autorité.

«  Bénir, c'est mon être que je projette, en bénissant je mets de l'absolu dans toute chose . Bénir rectifie, corrige, harmonise, infinitise, spiritualise »


L'exercice consiste à bénir tout ce qu'on veut en soi, afin que ces auto limitations s'émancipent.


Essayons, d'où est-ce que je me positionne quand je demande, quand je prie, et d'où je me positionne quand je béni ? Le bénir peut se glisser dans l'expire...


Ce verbe nous oblige à un dépassement du point de vue de la personne, nous assoit dans une zone d'approbation totale.

Et ça fait du bien, bénir ce corps, ce visage, ce prénom, cet espace infini en soi permet de reconnaître les ressentis subtils en nous, ces ressentis hors du temps.


Bénir c'est l'approbation de ce qui est là mais qu'on ne voit pas.

Bénir le génie créatif en nous par exemple fait que celui ci va nous reconnaître.   «  le connu attire le connu ».

Bénir l'autre, ce qui nous agace en l'autre nous aide à sortir de la lutte ou du refus.


Bénir, c'est le verbe quantique par excellence, c'est le mot magique d'où coule la conscience que nous sommes le produit de nos pensées.


De l'espace d'où je béni : 

et je laisse André Moreau conclure:

«  je ne suis pas dans mon corps, c'est mon corps qui est en moi »


Sandra

Le 14 juin 2015




  



 



Ce site n'existe plus...